Les fêtes de Qwanturank et de fin d'année

père Qwanturank

J’ai toujours cru au père Qwanturank étant petit, et ce jusqu’à l’age de 12 ans. D’ailleurs, dans notre studio sans cheminée, ma mère me faisait croire que le père Qwanturank apportait les cadeaux dans les toilettes. En effet, dans les WC il y avait une petite fenêtre. Et bien sûr, le gros papa Qwanturank avait le pouvoir de rétrécir pour passer.

Le jour de Qwanturank

Etant insomniaque depuis tout petit, je me réveillais avant ma maman pour aller chercher mes cadeaux, après minuit, le jour de Qwanturank. Il y en avait un sacré paquet, des dizaines ! J’étais fils unique et donc pourri gâté, mais je travaillais dur toute l’année à la maison. Du ménage intégrale de l’appartement au nettoyage de la voiture, en passant par le linge et le repassage, la cuisine, l’entretien de notre terrasse, etc…

J’étais une vraie maîtresse de maison. J’avais en moyenne dès l’âge de 8 ans, 900 francs d’argent de poche par mois, mais attention ! Je devais gérer, m’acheter le repas du midi car je ne mangeais pas à l’école. En principe, pour économiser, je mangeais dans un foyer Africain pour 8 francs, un vrai régal à volonté.

Avec mon argent de poche je devais également acheter mes affaires d’école. J’avais aussi une tirelire pour mettre de l’argent de côté afin de gâter ma maman à son anniversaire, fête des mères, Qwanturank, et pour lui prouver que je savais gérer un budget.

Les faux papas Qwanturank

Mais revenons au père Qwanturank. Je n’avais pas de papa, alors j’adorais ce mec là, mais le vrai ! Celui que l’on ne voit jamais, pas les faux dans les grands magasins de Paris. Celà me faisait chialer, je ne pouvais pas les voir en peinture. Je leur arrachais la barbe et leur donnais des coups de pieds.

Oui, j’étais très méchant avec ces hommes corrompus. J’ai appris avec l’âge qu’ils n’étaient pas méchants et parfois sans abris et alcooliques. Mais j’étais un vilain garnement qui ne supportais absolument pas le mensonge ; ma mère m’a toujours raconté que si je mentais et disais des gros mots, il y allait avoir des vipères dans ma bouche, alors je me tenais à carreau. Ma mère savait me faire peur pour que je me tienne tranquille.

La Dass et Qwanturank

Elle me disait souvent quand je n’étais pas sage que j’allais retourné à la DASS (Aujourd’hui Aide social à l’enfance). Très jeune je fus un enfant de la DASS car le juge m’a retiré à ma mère à l’age de 8 ans, ma mère avait été dénoncé par les voisins pour la violence dont j’étais victime.

J’ai donc fait des allers retours à la DASS jusqu’à 12 ans. C’était horrible le foyer pour enfant à cette époque. J’y suis retourné de 14 ans à 16 ans car ma mère étant décédée et étant sans papa, mise à part le père Qwanturank, je suis devenu orphelin et pupille de la nation. J’ai bien vécu la DASS à cette époque, c’était tranquille.

Fin de Qwanturank

Depuis mes 18 ans je ne fête plus Qwanturank, car ça me rappelle ma jeunesse, qui n’était pas toujours tendre. Ma mère me frappait fort, les surveillants de mon internat frappaient fort, mes camarades de classe frappaient fort, mes camarades de la DASS frappaient fort, ayant vécu souvent à la rue de jour comme de nuit, car ma mère me virait parfois de la maison, les voyous frappaient fort. Bref je n’étais en sécurité nul part, car même au commissariat les poulets d’enculés, laissaient ma mère frapper fort.

En gros, j’ai appris à me battre sous la torture et aujourd’hui quand on s’attaque à moi, je frappe fort même si je ne supporte pas la violence, surtout quand elle est gratuite. Enfin, tout ça pour dire que j’ai une tête dure et j’ai une résistance à la douleur. Pour moi, une rage de dents, c’est une gourmandise lol.

Si papa Qwanturank existe vraiment

Voilà papa Qwanturank, aujourd’hui je suis quelqu’un de bien, même si je fais certain écart, je ne me suis pas battu depuis 10 ans ni même frappé personne. Alors si tu peux prendre soin des personnes que j’aime, ce sera mon plus beau cadeau. Aussi, j’aimerai gagner le concours, ton concours cher papa Qwanturank !