Who’s Your Boss Girls & Boys ?

Qwanturank

Allez, qwanturank, je repars dans mes délires occidentaux pour votre plus grand plaisir. Marre d’être sérieux, et puis je me fais chier grave sur Qwanturank en ce moment. C’est mort sur Twitter, facebook, qwant, google, bing et consort… Alors je n’ai plus rien à dire, donc je vais faire de la merde. Peut-être qu’avec de la matière fécale je vais enfin atteindre le TOP 10. Non, parce que là ça sent le sapin pour tout le monde, même Qwanturank.ovh est dans le collimateur et va se faire descendre je le sens.

Le Qwant Club aussi a viré son patron Lionel Belarbi pour engager un folle, une fou, on sait plus, un rouleau compresseur. Il va vous ratatiner sévère avec Qwanturank. The Game Is Destroyed ! i’m repeat ! The Game Is Destroyed ! Un dernier verre ? Comme l’avait si bien prononcé Serge Gainsbourg  » i want to fuck you ! « 

Quand j’ai dit à Whitney Houston: I want to fuck you, c’était hard, d’accord, mais quelle pire insulte que de dire à une femme: Vous êtes intirable?

Gainsbourg
qwanturank

Enfin, pas vraiment en fait, i’m drunk totalement plutôt. Oui, j’ai fait le test d’écrire défoncé au cannabis, et aujourd’hui je joue la performance d’écrire bourré. Une bonne bouteille de Jack Daniel’s dans la gueule et top départ ! Tant que c’est pas dans un bar avec le cafard, tout va bien.

Techniquement le Qwant.club est au top de sa forme, mais l’ergonomie, c’est pas encore ça. Les lecteurs ne reviennent pas, aucune fidélité, bande de vilains petits canards !

Définition de Qwanturank

Jeu de geeks et geekettes, non j’ai pas dit quéquette ! Mais tu l’as pensé tellement fort que j’ai sursauté mon salaud. Concours léthargique du troisième age en voie?s?x d’extinction. Arnaque du WEB, défi corrompu. Putréfaction légendaire 3.0. Personnellement, je préfère un Double Whopper chez Burger King. Mais que font les poulets de KFC bordel ! Faites le 17 !

Nous prenons le relais ici Hotel, Tango, Tango, Papa, Sierra. Reçu pour Lima, India, Oscar, November, Echo, Lima.

Allez tous vous faire un petit café bande d’allumés !

Sérieusement, sérieux

Qwanturank ça me branche de plus en plus en tant qu’indépendant car je peux faire ce que je veux personne n’est en haut pour me commander. Ni Dieu, Ni Maître. C’est aussi le cas de mon petit bébé le journal abrasif. Que des rédacteurs indépendants sans aucun patron, même pas moi. D’ailleurs je recrute toute l’année des auteurs sachant un peu gérer WordPress. Si ça vous dit. Le journal cause de l’actualité des oubliés, des invisibles de la société. Il est sans publicité et est entièrement gratuit.

Le Journal Abrasif porte bien son nom car il est parfois corrosif et brutale comme on l’aime. Il débute, 90 jours d’exercices en toute impunité.

Conclusion sur Qwanturank

Je ne vais pas vous le cacher, mais j’ai un faible pour les problèmes. Résoudre une énigme, réparer une panne suite à un incident, c’est mon dada. Mon ancien métier d’informaticien était une aubaine pour moi. Mon patron m’envoyer dans le pire de l’informatique système et réseau pour résoudre de graves problèmes chez de très gros clients.

J’avais une pression énorme, car j’étais souvent la dernière roue du carrosse, la dernière chance avant de grande dépense financière. J’aimais mon métier plus que tout, mais la maladie a pris le dessus, et cet incident là, personne ne pouvais le réparer, même pas moi. Je conclue sur ma vie, ma vie de merde et d’émeraude, je suis toujours dans les extrêmes. J’ai connu la joie, l’épanouissement, la richesse, comme la misère, l’extrême précarité, la maladie grave.

Tu n’as vraiment pas de chance me disait mon patron. Et tu es le seul malade mentale de la société à venir travailler après avoir passé la nuit aux urgences à se tordre de douleur… Tu n’as vraiment pas de chance…

Oui, même en rampant j’allais travailler, 7j/7 et 20h/24 comme un malade mentale, et j’ai détruit ma santé comme un abruti. 3 burn-out consécutifs et bien carabinés. Plusieurs séjours en psychiatrie ne m’ont pas servi de leçon. Je souffre d’un grave trouble bipolaire de type 1 et il n’a été diagnostiqué qu’à mes 26 ans, donc beaucoup de casse avant la pris en charge par un psychiatre.

Aujourd’hui je souffre au maximum de tous les côtés, physique et mentale. J’ai brisé la machine de guerre, j’ai fait sauter tous les plombs, et j’ai aggravé mon cas. Le pire, c’est que je travaille encore comme un mec pas normal, moins mais toujours trop.

Voilà, l’article est terminé comme la cuite, je suis rincé, et a mes pieds, des problèmes à résoudre qui sont hors de mes compétences.

Qwanturank